Emmanuel Giraud – Intervention sur la modification du Plan local d’urbanisme

Emmanuel Giraud – Intervention sur la modification du Plan local d’urbanisme

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Maire,

Mes chers collègues, Cher Raphaël,

Cette délibération portant sur la modification de l’actuel PLU-H était attendue de nous tous :

  • Attendue de notre majorité, pour enfin ancrer de nouvelles orientations et les inscrire dans ce paquebot réglementaire qui fabrique la ville de Demain,
  • Attendue de notre opposition politique, qui attendait ce moment pour exprimer pour la énième fois, tout le mal que produiraient ces ajustements à cette belle et harmonieuse cité qu’ils avaient conçus.

Vos interventions ont tenues toutes leurs promesses, les arguments déployés étaient connus d’avance, avec une vision partiale c’est bien normal, mais lorsqu’elle est combinée à une analyse très partielle des effets des ajustements proposés, cela mérite un peu de controverse.

Pour notre groupe Socialiste, les objectifs poursuivis par cette modification du PLU-H sont tout à fait conformes avec le programme en matière d’urbanisme et d’habitat que nous avons porté en 2020 durant la campagne électorale et particulièrement ceux visant à :

  • maintenir un haut niveau de production en garantissant une répartition solidaire de l’effort de construction,
  • développer l’offre de logements à prix abordables, selon un principe de mixité sociale ;
  • améliorer la qualité du parc de logements et du cadre de vie,
  • garantir l’accès au logement à toutes les étapes de la vie ;

Dans le cadre de cette modification, l’adaptation des règles se fonde sur une palette d’outils déjà existante au sein du PLU-H approuvé sous l’ancienne mandature en mai 2019. Ce sont bien ces outils existants que nous adaptons aujourd’hui pour mettre en œuvre nos objectifs politiques. Comme je le dis souvent dans cette assemblée, tout est question de

« positionnement du curseur » ; Nous assumons le choix de pousser ces curseurs sans frilosité, sans dogmatisme, ni idéologie, mais bien pour faire bouger les lignes, pour mieux négocier une meilleure offre de logements et de services en quantité et en qualité avec les acteurs qui fabriquent la Ville, pour le seul intérêt des actuels et futurs lyonnais.

Sans entrer de trop dans le détail de ces outils modifiés, notre groupe Socialistes retient particulièrement les évolutions suivantes :

  • Abaisser les seuils d’exigence de logement social au sein des SMS au sein des quartiers déficitaires ? Augmenter les emplacements réservés pour le logement social ? Tout comme augmenter les SDP pour logement social ? Introduire du BRS ? tout ceci pour apporter enfin une réponse à cette demande, sans cesse croissante et pour honorer les engagements triennaux ? nous approuvons !
  • Introduire des « secteurs de taille minimale de logement » pour favoriser la livraison de logements adaptés à l’accueil de familles, dans un contexte où elles ont tendance à quitter le centre-ville ? Nous approuvons !
  • Abaisser les normes pour le stationnement automobile dans les opérations, afin de diminuer le coût de la construction et par conséquent, les coûts des produits mis à la vente ? Nous approuvons !
  • Adapter les « Orientations d’Aménagement et de Programmation » sur des sites particulièrement à enjeux, et permettre de fabriquer une « Ville du bien vivre », qui vise la santé des futurs habitants et pas le seul objectif comptable ? Nous approuvons !
  • Enfin, réserver des emplacements pour installer des groupes scolaires ou équipements petite enfance, face au retard pris par notre collectivité ? Nous approuvons bien entendu !

Inutile d’agiter le chiffon rouge face à ces évolutions qui vise à rendre la Ville de Lyon plus accessible pour tous ceux qui souhaiteraient s’y installer.

Inutile d’agiter le chiffon rouge face à ces évolutions, qui ferait fuir promoteurs et autres aménageurs. Les agences lyonnaises de promoteurs parisiens créées dans les années 2010 n’ont toujours pas baissées leur rideau. C’est bien méconnaître cette profession qui sait s’adapter et attend d’être challenger, suite à une décennie où le tapis, rouge lui aussi, leur a été déroulé sans contreparties flagrantes….

Enfin inutile d’agiter le chiffon rouge sur l’actualité de la construction neuve sur la Ville de Lyon qui serait en chute libre, en témoigne encore les propos tenus par les uns et les autres depuis ce matin. Ces propos demeurent partiels et sans données sourcées. Pourtant, ses chiffres sur une période récente, nous en disposons aujourd’hui, ceux concernant la délivrance des permis de construire et d’aménager, sur le très sérieux site du ministère de la transition écologique :

  • Rappelons tout d’abord s’il en était encore besoin, que le recul de la construction est une problématique nationale. Depuis 2017, le nombre de permis de construire

accordé est en diminution constante. En 2021, c’est 390 000 permis accordé. Même chiffre qu’en 2020 pourtant considéré comme « Annus horribilis »

  • Pour ce qui nous concerne, cher Raphaël tu nous l’as indiqué, nous n’avons pas à rougir ! Lyon continue à assumer son rôle, celui de cœur de chauffe dans la production de logement au sein de la Métropole de Lyon :
    • 2313 permis autorisés en 2019 (28%), dont 437 sociaux
    • 3000 permis autorisés en 2020 (35%), dont 1156 sociaux
    • Plus de 2 500 permis autorisés en 2021 (33%), dont 1130 sociaux

Je vous laisse désormais à vos analyses comparatives pour pointer les « coupables », mais il me semble que ces chiffres transcris ici, témoignent d’une extrême régularité…contrairement au « coup de boutoirs » que nous entendons depuis plusieurs conseils municipaux et encore plus depuis ce matin. Finalement, à défaut de justifications, ces interventions deviendraient elles de simples témoignages, des histoires, des fables, la tactique de la « petite musique » que l’on joue pour convaincre l’opinion. C’est de la basse propagande !

Ces informations objectives basées sur des données officielles étant désormais transmises, notre groupe tient à réaffirmer deux objectifs qu’elle poursuit avec constance :

  • Lyon doit continuer à constituer le cœur de la construction neuve dans la Métropole. Oui à la caractérisation d’une « densité acceptable », mais l’objectif premier est bien de loger celles et ceux qui en ont besoin au plus près des services et transports publics pour « fabriquer la ville des courtes distances ».
  • C’est bien à l’échelle de la Métropole, véritable bassin de vie des Grands Lyonnais où s’établissent les parcours résidentiels, que doit s’ancrer la politique de l’Habitat, aussi accueillante puisse-t-elle être.

Vous pouvez compter sur Notre groupe Socialistes, la gauche sociale et écologique pour vo- ter favorablement ce rapport,

Je vous remercie.