Emmanuel Giraud sur la politique emploi-insertion de la Ville de Lyon

Emmanuel Giraud sur la politique emploi-insertion de la Ville de Lyon

Notre majorité s’engage ainsi en faveur de l’emploi, bien loin du cliché décroissant qu’on nous assène trop souvent, la Ville de Lyon est à l’écoute du monde économique et en mettant tous les acteurs autour de la table, cherchant les collaborations et les synergies sur son territoire.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Maire,

Mes chers collègues,

Nous votons aujourd’hui l’attribution de subvention dans le cadre de la politique emploi-insertion de la Ville de Lyon. Autant dire qu’après un an de crise sanitaire, les enjeux sont colossaux. Nous savons que beaucoup d’entreprises à flots aujourd’hui, pourraient sombrer une fois la perfusion d’aides publiques débranchée.

C’est pourquoi la Ville de Lyon a l’obligation de mener une politique ambitieuse d’emploi et d’insertion. En effet, les répercussions de la crise se feront sentir pendant de nombreux mois et années, sans parler de ceux qui, déjà avant la crise, subissait le chômage et/ou la précarité.

D’une part il s’agit de permettre un accès de tous à l’emploi. Cela passe par la lutte contre le chômage de longue durée, la formation, mais aussi l’accessibilité des offres d’emploi et l’accompagnement des personnes en recherches dans leurs démarches. Car si les lyonnaises et les lyonnais ne sont pas tous égaux face à l’emploi, il ne le sont certainement pas davantage face au chômage.

La Ville de Lyon ne doit donc pas ménager ses efforts et conduire une politique d’emploi et d’insertion, ambitieuse, qui met tous les acteurs autour de la table, mais surtout qui permettra à nos concitoyens, d’avoir accès à un emploi et de s’inscrire dans un parcours professionnel émancipateur :

  • Cela se fait par le financement aux organismes œuvrant pour l’emploi,

cela passe également par développement économique de notre commune., notamment par notre capacité à développer les emplois de demain. Des emplois qui s’inscriront dans le paradigme de la transition écologique et sociale. A ce titre, je me réjouis de l’objectif inscrit d’ « insertion professionnelle dans les métiers de la transition écologique et sociale », des métiers qui répondent aux besoins sociaux et environnementaux de notre territoire.

Notre majorité s’engage ainsi en faveur de l’emploi, bien loin du cliché décroissant qu’on nous assène trop souvent, la Ville de Lyon est à l’écoute du monde économique et en mettant tous les acteurs autour de la table, cherchant les collaborations et les synergies sur son territoire.

Devant cette même assemblée, nous avions voté il y a quelques semaines l’adhésion de la Ville de Lyon à l’expérimentation Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée. Je pense qu’il s’agit typiquement du type d’innovation dont le secteur de l’emploi à besoin et qui pourra à terme profiter à ceux, qui trop éloignés de l’activité professionnelle, n’arrivent plus à réenclencher un parcours d’insertion.

Je pourrai citer aussi la délibération qui nous est présentée aujourd’hui, s’agissant des crèches à vocation d’emploi et d’insertion professionnelle. Qui montre bien notre volonté à changer de paradigme, ou en tout cas de point de vue et considérer les barrières à l’emploi comme un problème dont la solution passe certes à travers une politique de formation accentuée, mais aussi dans les réponses à d’autres difficultés, comme celles de faire garder ses enfants.

Pour les quartiers prioritaires, surreprésentés dans le nombre de demandeurs d’emploi, la réponse au chômage ne pourra être trouvée sans un traitement multifactoriel. Cela nous le faisons, en développant une politique de développement et d’émancipation de ces quartiers, en favorisant autant l’employabilité, que le lien social, ou l’éducation. En promouvant la participation et la socialisation, pour faire commune, pour donner un sentiment d’appartenance.

A travers les décisions prises ce jour, la Ville de Lyon vient prendre toute sa part dans les dispositifs d’insertion/formation. Elle le fait, consciente des enjeux en la matière, alors que d’autres partenaires telle la collectivité Régionale pourtant « Cheffe de file » sur cette compétence, a fait le choix inverse en économisant plus de 125 millions d’euros sur le dos des chômeurs sur le mandat en cours.

Pire, des premières banderilles de programme électoral lancées pour la campagne des régionales, la majorité sortante semble sortir l’artillerie lourde : coupure des aides régionales aux familles de « délinquants juvéniles », telles les bourses régionales, le « pass région » ou les réductions sur les abonnements de transport en commun

A l’évidence, en matière d’émancipation, d’insertion et de formation, quand certains font le choix d’exclure, nous faisons le choix d’inclure !

Aussi, Monsieur le Maire, mes chers collègues, je ne peux que me réjouir du vote de cette délibération, qui s’inscrit dans un cadre d’action globale. Non pas seulement tournée vers l’emploi, mais une politique cherchant à traiter dans son ensemble la complexité des questions d’emploi.

Notre groupe Socialistes, la gauche écologique et sociale, continuera à s’engager en faveur d’une politique d’emploi aux réponses multifactorielle et votera favorablement ce rapport.

Je vous remercie,