Intervention de Philippe Prieto sur la création du Conseil consultatif Covid-19
Crédit photo : Ville de Lyon

Intervention de Philippe Prieto sur la création du Conseil consultatif Covid-19

Philippe Prieto s’est exprimé sur la création du Conseil consultatif covid-19, à l’occasion du Conseil municipal du 28 janvier 2021

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Maire,                                                                                                         

Mesdames, Messieurs,

Chers collègues,

La crise sanitaire que nous traversons depuis près d’un an a bouleversé notre vie. Entre les confinements successifs, les vaccins, les variants, les Véran, nous semblons sans cesse tomber de Charybde en Scylla.

Comme Ulysse, nous nous trouvons face à deux écueils et nous devons naviguer entre les deux en s’efforçant de ne tomber, ni dans le premier, négliger la gravité de la crise, ni encore moins dans le second, abandonner nos valeurs et renoncer à la démocratie.

 Ni la gravité, ni la durée de cette crise, ne doivent nous faire renoncer à nos valeurs..

C’est pourquoi et pour en finir avec les références mythologiques, mais la démocratie doit tant à la Grèce antique …nous nous réjouissons que les citoyens puissent être consultés sur les modalités qui permettent de répondre à l’urgence sanitaire. D’autant plus avec  la déconnexion qui touche la plupart de nos concitoyens, privés de leurs proches, privés  de leur travail, privés de vie sociale et culturelle, il nous revient de ne surtout pas les priver de  démocratie et de ses expressions y compris les plus subtiles .

Donner l’opportunité aux Lyonnaises et aux Lyonnais de s’exprimer sur les politiques mises en œuvre pour répondre à la crise, les consulter sur  les problématiques que cette dernière fait apparaitre, comme la question de la précarité, qui est je crois la prochaine thématique qui sera traitée, est une démarche nécessaire. Nous souhaitons que le Conseil consultatif Covid-19 apporte son lot de démocratie et de participatif, dans une crise qui donne trop souvent la primauté, nous le savons, à la décision centralisée et descendante.

Restons mesurés, il ne s’agit pas de mettre en place  une instance consultative majeure, mais plutôt  de permettre des temps d’échanges,  un moyen de sensibiliser les citoyens et citoyennes aux réalités du processus de décision, de les interroger sur des processus de décision complexes, de les rendre acteurs, même marginalement, de la démocratie locale. En ce sens, on peut légitiment voir la participation citoyenne en générale, comme étant incontestablement le meilleur cours d’éducation civique qu’un citoyen puisse recevoir et en même temps une façon  supplémentaire de remettre le politique dans une posture d’écoute  et de remise en question.

La participation au Grand Débat a montré cette attente  et le besoin des Français pour les initiatives de démocratie participative. Le risque  évidemment c’est celui de la déception : Les citoyens se sont exprimés massivement à cette occasion, mais malheureusement peu de leurs propositions auront été prises en compte. Cela montre bien l’écueil et même le danger des démarches de participation citoyenne, quand elles sont détournées, faites à des fins politiciennes, sans réelle intention de prendre en compte la voix des citoyens. Le risque est alors de les voir se détourner définitivement de toute forme de participation politique démocratique.  Ce n’est pas l’état d’esprit de la majorité municipale.

Notre vote sera favorable et nous  resterons attentifs et vigilants à ce que nos propres initiatives ne dévient pas de leur finalité. Nous avons confiance dans les intentions, et savons  que notre collègue l’adjointe Chloë Vidal ….y veillera particulièrement.