Au Conseil

Intervention de Sandrine Runel au Conseil du 10 décembre 2018 sur le débat d’orientations budgétaires 2019

Retrouvez ci-dessous l’intervention complète de Sandrine Runel, présidente du groupe socialiste à la Métropole, sur le débat d’orientations budgétaires 2019 (DOB) lors du Conseil du lundi 10 décembre 2018 (délibération n° 2018-3186).

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les conseillers,

Ce débat d’orientation budgétaire 2019 est l’occasion pour notre groupe de s’exprimer sur les finances de notre collectivité.

Malgré un contexte national peu favorable, la conjoncture économique locale reste positive et encourageante avec par exemple un taux de chômage inférieur à la moyenne nationale (7,9% contre 9,1%).

Nous pouvons relever des indicateurs importants, comme l’augmentation des créations d’entreprises. Cela n’est pas sans effet sur la structuration budgétaire et financière de notre collectivité, puisque comme cela a été rappelé lors du précédent conseil à l’occasion du vote de la DBM, même si les dépenses augmentent, les recettes le font également et dans une proportion tout à fait sincère et raisonnable. Notre niveau d’autofinancement reste stable.

Il faut pour autant composer avec un PLF 2019 autour de l’aménagement de la TEOM, et de la réduction du taux de TVA applicable aux actions de prévention des déchets.

La contractualisation formalisée en juin dernier définit un objectif d’évolution de nos dépenses annuelles de fonctionnement de +1,19%. Il a de plus été rappelé l’objectif d’amélioration du besoin de financement afin de diminuer le poids de la dette des collectivités.

Sur les grandes orientations budgétaires : elles tiennent compte des besoins de nos concitoyens métropolitains les plus en difficultés. Notre budget permet en effet de prendre en charge des dépenses exceptionnelles et parfois exponentielles, comme par exemple les millions qui seront dégagés pour prendre en charge et accueillir dignement des jeunes exilés arrivés sur notre territoire.

C’est également au regard de ce budget, et de l’évolution des dépenses de fonctionnement, qui dans la présentation sont suffisamment parlantes pour ne pas y revenir, qu’il est impensable voire irresponsable de pas saisir l’opportunité qui nous est offerte par le plan pauvreté de recevoir des fonds supplémentaires pour mener des actions que nous déployons déjà ou à venir.

C’est dans cette logique de confiance et de soutien à l’action menée par l’exécutif actuel que le groupe Socialistes & Apparentés votera ce rapport.

Je vous remercie.