Au Conseil

Intervention de Sandrine Runel sur la zone à faibles émissions lors du Conseil du 28 janvier 2019

Retrouvez ci-dessous l’intervention complète de Sandrine Runel, présidente du groupe socialiste à la Métropole, sur la zone à faibles émissions (ZFE) lors du Conseil du 28 janvier 2019 (délibération n° 2019-3326).

Seul le prononcé fait foi


La Métropole de Lyon s’engage depuis déjà de nombreuses années en faveur de la qualité de vie des habitants à travers notamment la mise en œuvre du plan Oxygène.

Depuis 2001 en effet, ce sont des investissements forts concernant la politique multimodale, la création de pistes cyclables, le développement des parkings relais, le déploiement du réseau Vélo’v ou encore la multiplication des zones 30.

Très récemment, c’est la décision de limiter la vitesse à 70 km/h sur le périphérique qui a été annoncée. En effet le trafic routier est responsable de plus de 60% des émissions de dioxyde d’azote, et c’est au bord des axes routiers que l’on retrouve les populations les plus exposées, et souvent les plus précaires. Alors comment ne pas se satisfaire de cette mesure, comment comprendre que certains la contestent et l’attaquent ?

Le plan Oxygène c’est aussi la rénovation thermique des logements, le renouvellement du chauffage à bois non performant, la charte chantiers propres dans le domaine des activités économiques, le soutien aux énergies renouvelables.

L’ensemble de ces mesures ont permis une nette amélioration de la qualité de l’air. Depuis 2001, les émissions annuelles de particules fines PM10 et PM 2,5 ont diminué de 50%.

La métropole est aujourd’hui conforme aux seuils européens pour les particules fines et l’ozone.

Or, comme nous l’avons rappelé, le trafic routier est responsable de 60% de ces émissions, et explique la priorité donnée à la mise en place de la Zone à faibles émissions (ZFE).

Le lancement de la concertation décidée lors de la commission générale en novembre 2017 a permis en un temps restreint d’engager des discussions avec les communes, les citoyens et les acteurs du monde économique. Lors de cette phase de consultation, ce sont plus de 150 avis qui ont été déposés, 23 communes qui ont délibéré dont 20 qui ont donné un avis favorable. L’ensemble de ces éléments présents dans la délibération nous permet de mesurer le travail réalisé, le chemin parcouru et les résultats positifs.

La consultation électronique du grand public a surtout abordé les points concernant le périmètre, l’échéancier de déploiement, les dérogations possibles. Le projet présenté aujourd’hui tient compte de l’ensemble de ces remarques. Pour la métropole de Lyon, l’enjeu est bien sur d’améliorer la situation sanitaire des habitants mais aussi d’anticiper un contentieux inévitable avec l’Europe.

Comme l’a rappelé Thierry PHILIP en commission/dans sa présentation, les caractéristiques proposées pour la ZFE de basent sur deux principes : Équilibre et Équité.

  • Équilibre entre amélioration rapide de la qualité de l’air et contraintes imposées aux acteurs concernées
  • Équité en protégeant les populations les plus exposées sans pénaliser les habitants les plus précaires qui possèdent souvent les véhicules les plus anciens et n’ont pas les moyens financiers d’en changer.

Aussi, la mise en œuvre de la ZFE sera progressive et tiendra compte des difficultés évoquées par les professionnels concernés. Dès février, c’est donc une phase de communication et de sensibilisation sur les modalités d’accès à la ZFE qui sera lancée.

Le choix de la métropole est une mise en place progressive qui permettra ainsi l’appropriation par les acteurs de cette action qui ne doit pas être appréhendée comme punitive mais collective et avec un réel intérêt pour le bien être des habitants. S’il est nécessaire de tenir compte des difficultés matérielles et sociales de nos concitoyens métropolitains les plus en difficultés, il est urgent de rappeler que dès 2021, 50% des habitants actuellement soumis à la pollution à l’oxyde d’azote ne le seront plus et les 10% hors ZFE bénéficieront aussi de l’amélioration globale de la qualité de l’air dans la métropole.

Notre groupe votera favorablement ce rapport.

Je vous remercie.