Issam Benzeghiba sur l’aide exceptionnelle au logement

Issam Benzeghiba sur l’aide exceptionnelle au logement

Pour accompagner les ménages les plus en difficulté, la Commission permanente se prononçaient lundi 26 avril pour la création d’une Aide exceptionnelle au logement pour aider face aux impayés. Issam Benzeghiba est intervenu pour le groupe socialiste.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Président, monsieur le vice-président, Madame, Monsieur, Chers collègues,

Nous sommes satisfaits car cette délibération réaffirme clairement le volet solidaire de la politique métropolitaine. Comme cela a été dit préalablement, cette aide exceptionnelle correspond à une adaptation d’un dispositif enclenché en juin 2020 sous l’ancien exécutif, dispositif qui prend encore plus de sens au vu de la crise sanitaire mais aussi économique et sociale que nous vivons, d’où cette volonté de le poursuivre, en l’adaptant.

Il faut rappeler que les ménages les plus touchés par la crise le sont de manière multiple : emploi, santé, alimentation, etc… le logement étant très souvent priorisé, il vient fragiliser les autres postes de dépenses.

Face à la durée de la crise, la démarche engagée à travers cette aide est donc à la fois utile et pertinente.

Un des objectifs étant précisément d’amortir les effets de la crise sur les publics les plus fragiles, y compris les publics dits « actifs » fragilisés par la conjoncture.

La première évolution à mettre en avant, cela a été dit, est l’effort de simplification qui est réalisé, notamment afin de limiter le non-recours. Les modalités de saisine mais aussi la période concernée (allant de fin mai à fin décembre) vont concourir à cet objectif. Il faut rappeler que le non-recours accentue non seulement les inégalités mais crée au final un surcoût pour la collectivité. Cette démarche « d’aller vers » traduit donc l’évolution de la philosophie de ce fonds : un dispositif mieux adapté pour une politique plus efficace.

La seconde évolution, dans la lignée de celle qui précède, concerne la précarité étudiante. Le groupe de travail sur la précarité étudiante présidé par Jean-Michel LONGUEVAL avait identifié le faible recours des étudiants au FUI, et ce alors que les étudiants sont globalement très affectés par la crise.

L’enjeu de cette nouvelle aide est donc bien de cibler aussi les étudiants, fussent-ils locataires du parc privé ou du parc social. Les différents services ont d’ores et déjà constaté une hausse des demandes dans ce sens depuis décembre 2020. Des communications ont été faites par les acteurs universitaires (assos, lyoncampus.fr, universités, etc.) pour encourager à solliciter le fonds et maintenant l’aide. Cela va se poursuivre avec toujours la volonté de toucher le maximum de public concerné.

Enfin, le travail de coordination, de suivi et d’évaluation sera pérennisé à travers les comités de suivi.

Nous, groupe « Socialistes la gauche sociale et écologique et apparentés », sommes pleinement en phase avec la nature de ce dispositif tout comme ses modalités d’exécution et en profitons pour saluer l’ensemble des services et structures engagés pour mener à bien cette aide exceptionnelle à destination de celles et ceux qui en ont le plus besoin.

Nous voterons favorablement ce rapport.

Je vous remercie.