Jean-Michel Longueval sur le tableau des emplois des effectifs 2021

Jean-Michel Longueval sur le tableau des emplois des effectifs 2021

Pour mettre en œuvre au plus vite les politiques publiques votées dans son budget et sa PPI, la nouvelle majorité a approuvé lors du Conseil du 25 janvier 2021 la modification du tableau des emplois des effectifs avec la création de 117 nouveaux postes. Jean-Michel Longueval est intervenu pour le groupe socialiste.

Seul le prononcé fait foi


Merci Monsieur le Président.

Chacun aura noté l’augmentation de la masse salariale au budget primitif 2021, due principalement à la création d’emplois.

C’est ce que dit le début de ce projet de délibération ; je cite « l’année 2021, première année du mandat constituera une année de profonds changements de l’organisation afin de mettre en adéquation les effectifs, les emplois et les compétences avec les objectifs du mandat »

On retrouve ici la même cohérence que celle formulée pour la PPI, et cela se traduit par la mise en œuvre des moyens nécessaires en interne pour animer et mettre en œuvre nos politiques publiques déjà citées.

Au-delà de la création de postes, il faut insister sur l’indispensable virage à mener en matière de GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences), afin d’adapter nos ressources humaines aux défis des années à venir, ce qui passera nécessairement par une politique de formation ambitieuse et volontariste. C’est l’objectif de 2021. Ce virage devra se construite en lien étroit avec l’exécutif et les services, pour avancer ensemble.

Il ne s’agit pas ici de reprendre et de commenter l’ensemble des créations de postes mais plutôt de montrer que ce déploiement de nouveaux agents, au-delà du développement de l’emploi public, qui participe à la qualité du service public de notre pays, et dont nous avons pu constater l’engagement ces derniers mois dans la fonction publique hospitalière mais également dans nos communes, lors du 1er confinement, est bien lié aux nouvelles priorités du mandat qui s’ouvre.

La politique du logement et ses objectifs ambitieux, mené par notre collègue Renaud Payre, nécessitent la création de 10 emplois dont la moitié du seul fait de la fin de la mise à disposition de postes par l’État.

J’insiste sur l’importance de la Brigade Logement dans le cadre de la lutte contre l’habitant indigne et l’accompagnement de la politique d’encadrement des loyers.

Nos politiques d’environnement, cycle de l’eau, réseaux de chaleur, stratégie alimentaire, végétalisation conduisent à la création de 10 emplois, dont 4 agents de catégorie C ; il est important de noter, à ce stade, que ces créations de poste touchent toutes les catégories.

Dans le champ social et éducatif, ce sont pas moins de 38 postes qui sont proposés.

Il faut noter les 6 postes créés dans les MDM sur l’accompagnement des MNA et bien évidemment, les 20 postes de renfort dans les MDM dont 7 travailleurs sociaux. Ceux qui me connaissent savent l’attachement particulier que j’ai avec la profession d’assistante sociale.

L’alimentation dans les collèges et l’éducation au numérique sont des enjeux majeurs de demain.

On pourrait ajouter à ces 38 postes, ceux de la mise en place du Revenu de solidarité jeunes ou ceux liés à la lutte contre la fracture numérique.

Mais je souhaite aujourd’hui insister tout spécialement sur la création des 6 postes d’éducateurs de prévention spécialisée, appelés souvent éducateurs de rue et pour lesquels j’ai un respect tout particulier. L’importance du travail qu’ils mènent dans les quartiers et le lien particulier qu’ils créent avec une partie de la jeunesse en voie de marginalisation est indispensable pour la politique ambitieuse que nous appelons de nos vœux.

La Prévention spécialisée est une compétence obligatoire pleine et entière des départements et est inscrite dans le code d’Action sociale. Elle est très inégalement mise en œuvre dans les différents départements car sa mise en œuvre par les départements est libre. Elle est souvent assez peu visible du fait des modalités particulières du travail en milieu ouvert, et qu’elle est très majoritairement déléguée à des associations, notamment les Associations Départementales de la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence.

Les principes fondateurs font souvent débat et font l’objet régulièrement  de remises en question et pourtant ces principes gardent tout leur sens :

– La libre adhésion

– L’absence de mandat nominatif

– Le respect de l’anonymat

Sur la Métropole, nous nous appuyons sur 3 associations, l’ADSEA, la SLEA et les AJD.

Ces équipes sont prioritairement affectées dans les quartiers en Politique de la Ville, même si l’on sait que les besoins sont partout et touchent bon nombre de communes et de quartiers de toute taille.

Je n’irai pas plus loin dans l’énumération.

En conclusion, pour notre groupe, il est important de constater qu’une partie importante des créations de poste relèvent du champ de l’accompagnement social et éducatif des habitants, nouvelles compétences de la Métropole depuis sa création en 2015 et que nous savons tous que les besoins sociaux augmentent et que la crise sanitaire actuelle aura des conséquences évidentes sur la montée de la précarité.

La création de postes d’assistantes sociales et d’éducateurs de prévention, ainsi que le renforcement des postes administratifs en MDM sont des signaux positifs qui sont autant de marqueurs de notre plan de mandat

Le groupe Socialistes, la gauche sociale et écologique & Apparentés soutient ces créations d’emplois et nous voterons bien évidemment cette délibération