Michèle Edery sur le dispositif de rénovation thermique Écoreno’v

Michèle Edery sur le dispositif de rénovation thermique Écoreno’v

La rénovation thermique sera l’un des axes majeurs de la politique logement de la nouvelle majorité métropolitaine. Réduction de l’empreinte carbone ET de la facture énergétique, c’est une ambition nécessaire portée par le Vice-Président Renaud Payre. Michèle Edery est intervenue pour le groupe socialiste.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, chèr.e.s collègues,

C’est à présent de la précarité énergétique dont nous parlons dans cette délibération.

La lutte contre le réchauffement climatique, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la lutte contre la précarité énergétique sont devenus les nouveaux enjeux majeurs de notre société.

Ces enjeux sociaux imposent et obligent toutes les politiques de prévoir des actions, à travers notamment la rénovation thermique de l’habitat.

Depuis 2015 la Métropole a mis en œuvre des politiques fortes en la matière puisque le territoire connaît depuis décembre 2020 plus de 16 700 logements éco-rénovés.

Toutefois, comme le disait Mr le Président à l’ouverture de ce conseil, il nous faut à présent aller plus loin sur la question de la transition sociale.

En effet les inégalités sociales prédominent dans ce domaine de la rénovation énergétique. Les 1ères victimes de la précarité énergétique restent les familles les plus modestes.

Confrontées de plus à la crise économique, elles doivent faire face aux factures d’énergie qui pèsent sur les budgets, principal poste de consommation tout en supportant le froid et la chaleur par manque d’isolation des logements.

Elles doivent aussi s’accommoder d’environnements souvent bétonnés à outrance, dénués de verdure qui amplifient la chaleur l’été.

Et ces situations ne sont pas sans conséquence sur la vie des grands ensembles.

En se dotant d’un nouveau règlement, proposant de nouvelles aides et de nouvelles actions la nouvelle équipe souhaite répondre à cette problématique.

En budgétisant  114M€ (entre Écoreno’v et crédits à l’ANAH) contre 49,5M€ entre 2015 et 2020. Elle investit plus du double.

Par ailleurs pour compenser la diminution des aides aux ménages les plus modestes envisagées en 2021 par l’ANAH, la Métropole prévoit l’augmentation importante des aides aux ménages très modestes dans le cadre de ses interventions à vocation sociale.

De plus, elle encourage le parc social qui bénéficiera d’aides supplémentaires à l’identique du privé, avec la création de nouveaux bonus pour le confort d’été (comme l’isolation et la menuiserie), la végétalisation des toitures et des façades ou pour le réemploi de matériaux.

Toutes ces mesures devraient permettre une baisse des factures de l’ordre de -20% à -40%.

Agir sur la précarité énergétique, c’est lutter autrement contre la pauvreté en redonnant aux familles des moyens supplémentaires de pouvoir d’achat sur de faibles ressources.

Au travers ces évolutions, la Métropole intègre les nouveaux enjeux écologiques et s’adapte au contexte national en prônant la transition sociale sachant que 19% des ménages de la Région AURA sont confrontés à cette précarité.

Fidèle à son programme de campagne écologique et social la majorité métropolitaine affirme, par ce projet, l’ambition d’une écologie humaine au service des plus fragiles.

Une délibération qui devrait faire consensus si on considère les nombreuses interventions de ce conseil, apparemment toutes soucieuses des familles en grande pauvreté.

Le groupe Socialistes, la gauche sociale et écologique & Apparentés soutient et partage cette volonté et votera pour cette délibération.