Michèle Edery sur la modification #3 du PLU-H

Michèle Edery sur la modification #3 du PLU-H

Afin de mettre en phase le Plan local de l’urbanisme et de l’habitat avec les priorités de la nouvelle majorité, il a été proposé de procéder à une modification dudit document. Michèle Edery est intervenue pour le groupe socialiste au Conseil du 27 septembre 2021.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le président, chers collègues,

Dans la droite ligne de la politique foncière instaurée par cette nouvelle majorité et présentée au conseil du 25 janvier, les modifications du PLU-H proposées aujourd’hui s’inscrivent de la même manière dans la volonté politique de prendre en compte un contexte global de défis face aux crises sanitaires, environnementales économiques et sociales.

C’est tout le sens de la concertation avec les habitants, autour des évolutions du PLU-H, proposées dans la modification n° 3 et mise en place au printemps, portant sur 3 défis : l’économique, la solidarité et l’environnemental.

Il est important de noter à quel point les habitants métropolitains sont conscients et inquiets des enjeux environnementaux, en attente d’orientations politiques fortes en matière d’écologie et d’environnement.

Ils restent soucieux des questions de la santé, d’un cadre de vie apaisé, d’un environnement plus naturel, de moins de bétonisation, d’un logement abordable et de qualité, d’une qualité de vie, de transports en commun et bien sûr de réponses aux problèmes de sécurité liés à l’urbanisation (81% des avis affichent une forte préoccupation autour de ces enjeux).

Tout aussi parlant de noter que les résultats de cette concertation confortent l’analyse et les orientations d’ores et déjà adoptées par cette majorité et que souhaitent faire évoluer cette équipe, à savoir :

  • Promouvoir un urbanisme de nos villes répondant à ces défis,
  • Rechercher un meilleur équilibre entre le centre et la périphérie en matière de développement urbain en privilégiant l’égalité territoriale,
  • Conditionner une urbanisation à un modèle d’aménagement plus économique en ressources, respectueux du cadre de vie, de la nature en ville,
  • Développer l’offre de transports collectifs,
  • Privilégier le commerce de proximité et le maintien des activités économiques en ville,
  • Proposer une offre de logements diversifiée, au prix abordable, accessible à tous et favorisant la mixité.

Cette politique ambitieuse et volontariste se décline déjà à travers la mise en œuvre de grands chantiers engagés, tous élaborés avec ces mêmes objectifs et qui verront le jour au cours de ce mandat :

  • Lyon Part-Dieu, Lyon Perrache, Lyon Confluence, Rive droite du Rhône, ZAC programmées sur plusieurs villes et quartiers comme Vénissieux, Saint-Fons, Sathonay-Camp ;
  • Des cessions importantes comme celle de 1 M€ pour l’aménagement de l’esplanade de la Poste avenue de Verdun en immobilier résidentiel et commerces, le projet immobilier économique de Limo Valley pour 3 M€ ou encore le centre commercial et le groupe scolaire au Mas du taureau pour 3 M€.

Néanmoins, la solidarité en matière d’habitat doit nous mobiliser tous.

En effet la crise du logement n’est plus à démontrer. La répartition des logements sociaux et sa construction sur l’ensemble de la Métropole doit conditionner nos actions.

La modification du PLU-H fait apparaître que 5 nouvelles communes souhaitent s’inscrire dans la mise en place de SMS (secteur de mixité sociale). C’est une évolution mais il reste encore du chemin à parcourir pour atteindre l’égalité territoriale et le respect de la loi SRU.

Les nombreuses démolitions envisagées dans le cadre de la rénovation urbaine posent la question des relogements et aggrave la difficulté de l’accès au logement pour beaucoup de nos concitoyens.

Avec la proposition de Monsieur le vice-président Renaud Payre visant la construction de 1 000 logements par an en bail réel solidaire dans de très nombreuses communes, nous permettrons à de nombreuses familles aux revenus modestes qui ne parviennent pas à se loger de devenir propriétaire. C’est un plus ! Le soutien de la Métropole pour les aides à la pierre finançant les logements sociaux est aussi à souligner.

Alors oui les villes de demain seront confrontées aux contraintes des modifications du PLU-H, à une réorganisation de l’utilisation des espaces publics, peut-être au mécontentement de certains habitants. Mais quelle est la priorité ?

Pouvons-nous être au moins d’accord sur les enjeux majeurs environnementaux que notre société traverse, sur la nécessité de les appréhender aujourd’hui, par un urbanisme adapté et ce pour préparer l’avenir de nos jeunes concitoyens ?

Pouvons-nous admettre collectivement que le logement et l’habitat demeurent un besoin fondamental pour nos populations auquel nous, élus responsables, nous devons répondre ?

Que la tranquillité du cadre de vie est un facteur de réussite, particulièrement dans les banlieues et les quartiers : réussite scolaire des enfants, des étudiants, réussite de la cohésion sociale, de la solidarité avec nos anciens, du vivre ensemble : l’antidote de la violence, de l’agressivité, des incivilités et de l’isolement ?

Adapter le PLU-H aux enjeux de la transition écologique et construire une Métropole plus solidaire envers tous les habitants, c’est une vision politique que le groupe Socialistes, la gauche sociale et écologique & Apparentés partage. Il votera pour cette délibération.

Je vous remercie.