Philippe Prieto sur le règlement intérieur du Conseil municipal

Philippe Prieto sur le règlement intérieur du Conseil municipal

Intervention de Philippe Prieto concernant l’adoption du Règlement intérieur du Conseil municipal du Conseil municipal du 17 décembre 2020.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Maire,                                                                                                       

Mesdames Messieurs les Conseillers,

Chers collègues,

Nous votons ce soir le Règlement intérieur de notre assemblée. Je tiens d’abord à saluer l’initiative de mes collègues et de la majorité pour leur travail de concertation dans le cadre de la nouvelle mouture de ce règlement intérieur. Il s’agit de définir collectivement les règles qui régissent nos débats, nos décisions et notre action quotidienne. Pour les citoyens lyonnais qui nous regardent peut-être, il s’agit sans doute d’un débat assez abscons. Pourtant nous parlons bien des règles qui régissent nos organes de décision.

Aussi je ne peux que me réjouir du large travail de concertation et réflexion collective y compris en intégrant, et c’est bien normal, nos collègues de l’opposition.

Nous restons par ailleurs attentifs à ce que les aspects déontologiques ne soient pas laissés de côté. Le même travail de concertation devra être mis en œuvre sur ces éléments. Je sais que vous y travaillez d’ores et déjà Madame Vidal, mais si j’ai souhaité y revenir, Madame l’Adjointe, c’est parce que cela m’apparaît comme étant un prérequis essentiel à la bonne marche de notre institution, gageant à la fois le comportement exemplaire des élus, mais aussi leur protection, notamment en prévenant les conflits d’intérêts, qui ne sont pas nécessairement commis par malveillance, mais souvent par inattention. La mise en place d’une Commission de déontologie servira justement à empêcher ce genre de situation, mais également, et c’est peut-être finalement le plus important, à assurer une complète transparence vis à vis des citoyens lyonnais et in fini au fonctionnement régulier de la vie démocratique locale.

Mes collègues, que l’on trouve généralement coté tribord de l’hémicycle semblent hurler au coup d’état. Je m’étonne de mon côté de cette faroucherie, quand l’on sait avec quelle considération l’opposition a été traitée dans les collectivités qu’ils gèrent. Pourquoi de ne pas s’empresser de proposer à M. Wauquiez toutes ces belles initiatives pour respecter les droits de l’opposition ? La mauvaise foi à tout de même ses limites. N’y voyez pas de ma part une provocation, mais seulement l’expression d’une surprise face à vos prises de positions particulièrement circonstanciées. De là à parler de deux poids, deux mesures, il n’y a qu’un pas, que je franchis.

Notre groupe les socialistes, la gauche sociale et écologique votera bien sûr en faveur de l’adoption de ce règlement intérieur et vous trouverez en nous des partenaires fidèles pour que notre ville adopte un fonctionnement toujours plus démocratique et transparent.

Je vous remercie.