Sandrine Runel s’exprime sur le dispositif de petits déjeuners gratuits à l’école maternelle Olympe de Gouges
Crédit photo : Ville de Lyon

Sandrine Runel s’exprime sur le dispositif de petits déjeuners gratuits à l’école maternelle Olympe de Gouges

Notre majorité souhaite développer les moyens de contribuer de façon significative à la lutte contre la précarité alimentaire. Nous avons la responsabilité de favoriser l’accès de tous à des aliments sains, locaux et abordables et de promouvoir la santé périnatale

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Chers Collègues,

L’alimentation est un enjeu majeur du XXIe siècle. Comment nourrir durablement et dignement, voire convenablement, l’ensemble des habitants ? Comment s’engager vers une alimentation durable, et inclusive, à l’image de notre ville ? 

En France, l’aide alimentaire vient aider 5,5 millions de personnes dans le besoin.

L’aide alimentaire n’est pas une option mais une nécessité.

Nombreuses sont les communes qui mènent depuis des années des actions en faveur de l’alimentation ou de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Une chose est sûre, la volonté d’engager une réflexion sur la lutte contre la précarité alimentaire, et au-delà, sur la démocratie alimentaire, est pour notre majorité un engagement fort d’un changement de paradigme global : j’en veux pour preuve la présence d’un conseiller délégué, Gautier Chapuis, ….

Nous portons une ambition forte pour répondre de façon concrète aux défis écologiques, économiques, alimentaires, sanitaires et territoriaux d’aujourd’hui. Nous avons la nécessité de développer un système nutritionnel durable, local, en circuit court et inclusif.

Nous avons également la responsabilité de favoriser l’accès de tous à des aliments sains, locaux et abordables. Pour y parvenir, la mobilisation de tous les acteurs du territoire est indispensable. C’est une politique transversale ambitieuse à l’échelle de notre territoire. Elle nous concerne tous. 

Il n’est pas admissible de nos jours qu’un enfant puisse arriver à l’école le ventre vide et ne pas avoir accès à au moins un repas complet et équilibré chaque jour. Ces privations du quotidien ont des conséquences de long terme sur la santé des enfants et leur réussite scolaire.

Toutes les données disponibles montrent que les inégalités de santé sont déjà installées avant six ans, voire avant trois ans. Ce dispositif prévoit donc des efforts importants pour prévenir les inégalités sociales de santé et promouvoir la santé périnatale.

En tant qu’élus nous avons la responsabilité de garantir la santé et le bien être des habitants.

Notre majorité souhaite ainsi développer les moyens de contribuer de façon significative à la transition écologique du territoire et à la lutte contre la précarité alimentaire.

Ce sera le cas avec le développement du pôle alimentaire rue Boileau mais également avec différents types de dispositifs qui viendront compléter notre action aux côtés des partenaires associatifs et institutionnels tels que l’Etat ou la métropole.

Il y a urgence à agir, il nous faut permettre à toutes et tous d’avoir accès à une alimentation durable, saine, locale, abordable et respectueuse de notre environnement.

Nous le savons, au-delà des chiffres, c’est un constat partagé depuis de nombreuses années que les situations de précarité ne concernent pas seulement l’emploi ou le logement, mais également l’alimentation et de ce fait la santé des citoyens les plus en difficulté. 

Avec ce dispositif, nous accompagnons les familles les plus modestes, dans un quartier en renouvellement urbain.

Je vous remercie.