Sandrine Runel sur le Réseau express vélo

Sandrine Runel sur le Réseau express vélo

Le Conseil de la Métropole a validé ce matin la première ligne du futur réseau express vélo, qui reliera le Mas du Taureau à Saint-Fons en passant par Lyon et Villeurbanne. Le REV, pour lequel 100 millions d’euros sont prévus pour atteindre 250 kilomètres de piste d’ici 2026, permettra de connecter les communes entre elles et de mailler la Métropole pour rendre le vélo vraiment pratique. Sandrine Runel est intervenue pour le groupe socialiste.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le président, chers collègues,

Monsieur le président, chers collègues,

La pandémie nous a fait prendre conscience de la vitesse à laquelle un élément exogène peut modifier ce que nous prenons pour acquis. Mais la pandémie, dès mai 2020, a mis en branle un autre changement, qui a lui aussi donné un avant-goût de ce que sera la ville de demain.

L’urbanisme transitoire, qui a été déployé rapidement pour faire plus de place au vélo, a confirmé le potentiel réel et profond d’un nouvel aménagement plus favorable aux mobilités actives. Sensiblement renforcé depuis notre victoire en juin dernier, nous allons désormais le pérenniser et façonner vraiment la ville de notre siècle.

Et nous en posons aujourd’hui la première pierre. Le réseau express vélo, pour lequel 100 millions d’euros sont prévus à la PPI, sera un élément d’identité fort de notre Métropole. Les pistes bidirectionnelles larges qui verront le jour d’ici 2026 permettront à un nombre toujours plus grand d’adopter le vélo pour leurs déplacements.

Les aménagements sécurisés qui sont prévus, les capacités de parking sécurisés, les possibilités d’intermodalité, tout ceci contribuera à renforcer la pratique et permettre à des catégories de nos concitoyens qui n’ont pas encore franchi le pas de s’y adonner.

Avec 250 kilomètres de piste prévus d’ici à 2026, c’est une mesure de transformation qui dans le temps qu’est celui de l’aménagement du territoire sera aussi fulgurante et profonde qu’a pu l’être la pandémie dans la défiguration de notre vie commune à sa propre échelle temporelle.

Mais parce qu’un ensemble d’autoroutes à vélo ne font pas une politique de mobilité à part entière, son intégration avec des mesures complémentaires contribuera à transformer de fond en comble notre écosystème.

Je citerai pour commencer la délibération que nous étudierons après, les 10 000 vélos en prêt gratuit pour les jeunes de 18 à 25 ans. Avec une enveloppe de 4 millions d’euros, elle aura un objectif tant du côté de l’insertion et de l’économie, en soutenant la création d’une filière de recyclage du vélo et en favorisant l’insertion des personnes en difficultés, que du côté de la solidarité et de l’apprentissage.

Car en permettant à un certain nombre d’étudiants boursiers de 1ère année et de jeunes majeurs en difficulté de pouvoir se mettre au vélo gratuitement, c’est la création d’une habitude saine de long terme à laquelle nous contribuons.

Surtout, ce futur réseau sera complémentaire de la ZFE et des autres mesures d’amélioration de la qualité de l’air et de renforcement du réseau TCL que nous prenons. Il le sera aussi de notre volonté de polariser réellement notre Métropole.

En créant ce réseau, ce maillage, en passant de l’étoile à la toile, et en reliant ainsi de façon sécurisée, claire, signalée et aisée les différentes communes de notre Métropole, il sera possible plus facilement de vivre à un endroit et de s’épanouir à un autre.

La première ligne que nous validons aujourd’hui reliera le Mas du Taureau à Saint-Fons, par Villeurbanne et Lyon. Et les 9 élus de ces communes que compte notre groupe en sont ravis. Dans sa totalité, le REV désenclavera les territoires, en reliant communes de couronnes entre elles et elles au centre.

On ne pourra plus dire que vélo rime avec bobo, car enfin, le vélo sera accessible à tous. D’une part avec les aides à l’aide à l’acquisition, financière et matérielle ; d’autre part sur sa pratique, sécurisée et incitative, qui permettra de relier les territoires sans risquer sa vie en traversant Laurent Bonnevay ou en rejoignant Vénissieux depuis les États-Unis.

Le REV c’est donc pour un Lyonnais d’aller prendre un verre à Saint-Fons, pour Villeurbannais d’aller se mettre au vert dans les Monts d’Or.

Le REV c’est encore pour un Oullinois d’aller voir une pièce au Radiant,

Le REV c’est l’ouverture et le désenclavement,

Le REV d’un lyonnais de se rendre d’un coup de pédale, ou deux, au Planétarium de Vaulx-en-Velin.

Bref, il sera donc plus facile pour nos concitoyens d’aller et venir sur notre Métropole, à bicyclette, et cela contribuera aussi à réduire l’usage de la voiture en ville et en périphérie, ce qu’après les épisodes de pollution de ces derniers jours, nous appelons de nos vœux.

Nous l’avons dit pendant la campagne, nous ne voulons plus des pics de pollution à répétition.

Alors oui, Monsieur le président, Monsieur le vice-président, le groupe Socialistes, la gauche sociale et écologique & Apparentés votera avec enthousiasme ce premier rapport.

Je vous remercie.