Sandrine Runel sur le Règlement local de publicité

Sandrine Runel sur le Règlement local de publicité

Conseil municipal des 25-26 mars

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Maire,

Mes chers collègues,

Je m’exprime sur la Règlement local de publicité, qui comme vous le savez est débattu et piloté au niveau de la Métropole de Lyon, pour l’ensemble du territoire. Ce document, qui se veut trans-parisan, a pour but d’harmoniser les règles relatives à la publicité, aux enseignes et autres panneaux d’affichage ou lumineux, sur l’ensemble du territoire métropolitain.

En cette journée mondiale de lutte contre la publicité, je pense qu’il est de bon ton de se questionner sur la place de celle-ci dans l’espace public. Car le débat dépasse nécessairement les questions commerciales et communicationnelles, il s’agit aussi d’un débat sur le cadre et la qualité de vie. Car la publicité dans l’espace public est aussi une forme d’atteinte aux libertés individuelles. Dans l’espace privé, chacun peut faire le choix, en connaissance de cause, de privilégier tel ou tel média pour se prémunir des annonces publicitaires. Dans l’espace public ce choix est impossible car la publicité est présente partout, elle s’impose à nous. Sur les bus, aux arrêts de tram, dans toutes les rues, sur les façades des bâtiments, impossible de rater l’annonce de la sortie du nouveau smartphone à ma mode !

Il ne s’agit de bannir à tout prix la publicité de l’espace public, mais de réfléchir à la place que celle-ci occupe dans notre quotidien et la manière dont elle attire souvent excessivement l’attention, je pense bien sûr aux bâches que l’on voit parfois sur les façades des bâtiments en rénovation et qui défigurent la place Bellecour, par exemple, d’une gigantesque publicité pour une compagnie aérienne ou une marque de papier toilette. Ces annonces sont, je pense, réellement excessive et touche parfois à l’absurde.

La question que nous devons nous poser est de savoir si nous acceptons que de grandes marques, dont beaucoup ne payent d’ailleurs aucun impôt en France, fassent leur beurre avec l’espace public pour nous vendre leur produit ? Je crois que non.

Alors que les chaines du service public ont supprimé la publicité de leurs ondes une grande partie de la soirée, nous devons nous interroger ce qui justifie l’abondance de messages publicitaires dans nos rues.

Avec les débats autour du Règlement local de publicité c’est la qualité de vie et notre vision de la ville qui sont interrogées. A ce titre nous souhaitons porter une vision équilibrée, qui ne cherche ni à bannir l’ensemble des publicités dans l’espace public, mais qui ne cherche pas non plus à la laisser proliférer sans contrôle. J’adhère complètement à la vision selon laquelle il faut tendre vers une réduction des affichages. D’une part pour protéger les paysages et la vue des bâtiments publics, historique ou classé et d’une autre part pour répondre à aux problèmes de pollution lumineuse, qui perturbe la vie de beaucoup d’espèces vivantes et qui représente une consommation d’énergie souvent inutile, voire nuisible.

Le Règlement local de publicité doit permettre de d’agir pour protéger le cadre et la qualité de vie sur notre territoire, en proposant un encadrement mesuré des affichages publicitaires. Notre majorité ne peut raisonnablement pas s’engager dans une végétalisation massive de la Ville, profitable au cadre de vie, mais laisser pulluler d’innombrables messages publicitaires à chaque coin de rue.

A la Métropole, comme à la Ville, notre groupe Socialistes, s’engagera dans le sens un règlement local de publicité qui encadre davantage des pratiques publicitaires dans l’espace public.

Je vous remercie,