Emmanuel Giraud sur les Ateliers de l’été

Emmanuel Giraud sur les Ateliers de l’été

L’action publique, nos politiques d’inclusion sociale, d’éducation, d’éducation populaire, ne peuvent connaitre de villégiature durant les mois d’été. Au contraire, nous devons renforcer notre action, pour qu’aucune famille ne se voit abandonnée, sans solution.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le Maire,

Mes chers collègues,

Chère Stéphanie,

Je suis heureux de m’exprimer sur cette délibération, qui renouvelle et améliore pour cet été, l’accueil de loisir apprenant de la Ville de Lyon. Cette délibération reflète la nécessité de ne pas considérer la crise sanitaire comme derrière nous. Nous savons tous que nous sommes qu’au début des effets de celle-ci et qu’ils vont perdurer. Dans cette optique la Ville de Lyon se doit d’agir, même si cela, évidemment, ne passe pas seulement par l’accueil de loisir.

La mise en place de solution d’accueil des enfants pendant la période estivale est une nécessité. Premièrement bien sûr dans le contexte d’une année scolaire chaotique pour les plus jeunes. Il s’agit alors, si ce n’est de rattraper les retards, d’au moins donner à chacun les chances de réussie l’année scolaire suivante.

C’est une nécessité aussi pour les familles, qui pendant cette période etivale peinent à faire garder leur enfant, qui se retrouvent parfois livrés à eux-mêmes. En cela la Ville de Lyon permet aux familles qui n’ont pas l’opportunité de quitter Lyon ou d’envoyer leur enfant dans un camp, de trouver des solutions d’accueil accessibles.

En ce sens, je dirai volontiers qu’il s’agit là d’une mesure qui promeut la justice sociale, une meilleure équité entre les familles lyonnaise. Rappelons que ce sont 3 millions d’enfants en France, qui chaque année, ne partent pas en vacances, et cela touche évidemment les plus modestes. Aussi ne pas proposer d’accueil pendant l’été, ce serait dans les faits accepter de laisser ces familles sans aucun accompagnement, sans aucun soutien. Fort heureusement, ce n’est pas le chemin qu’a pris la Ville, je ne peux que m’en réjouir.

L’action publique, nos politiques d’inclusion sociale, d’éducation, d’éducation populaire, ne peuvent connaitre de villégiature durant les mois d’été. Au contraire, nous devons renforcer notre action, pour qu’aucune famille ne se voit abandonnée, sans solution. Les ateliers de l’été seront un moyen pour les enfants d’apprendre ou consolider leurs acquis tout en conservant l’aspect récréatif du centre de loisir. Ils constituent un véritable lieu de co-éducation en contribuant dès le plus jeune âge à l’apprentissage de la vie en collectivité et à la socialisation des enfants.

La politique municipale doit apporter des solutions pour garantir l’intérêt et l’épanouissement de l’enfance, y compris lorsque les écoles sont fermées.

Force est de constater la municipalité prend toute sa part dans l’accessibilité à l’éducation et aux loisirs en se préoccupant de proposer des tarifs attractifs.

Le fait de pouvoir proposer une tarification aussi basse que Diverti’sport avec une inscription basée sur le quotient familial (à partir de 10,20 la semaine), démontre en effet, l’effort et la volonté de notre municipalité pour proposer une solution adaptée, notamment pour les plus démunis.

Les 648 places disponibles dans le cadre des ateliers d’été viendront d’ailleurs en complément d’autres offres d’accueil de loisirs telle que Diverti’sport, ainsi bien sûr qu’une offre privée.

L’organisation municipale en la matière a réussi le pari de l’amélioration et l’amplification du dispositif né l’année dernière en augmentant fortement le nombre de places, sans prescrire de tarification excessive.

Nous nous réjouissons que la ville de Lyon fasse preuve d’adaptabilité et réponde présente face aux mesures exceptionnelles qui font suite à la crise sanitaire et pour promouvoir une éducation et un encadrement de qualité pour les plus jeunes.

Notre groupe Socialistes, la gauche sociale et écologique votera favorablement ce rapport,

Je vous remercie.