Hélène Geoffroy sur la décision modificative #1 du budget 2021

Hélène Geoffroy sur la décision modificative #1 du budget 2021

Entre poursuite de l’accompagnement des acteurs dans la gestion de la crise sanitaire, celui des communes, le renforcement de l’action foncière de la Métropole et la lutte contre la pauvreté et pour l’insertion, Hélène Geoffroy souligne dans son intervention sur cette décision modificative le travail accompli par la collectivité, tout en en rappelant sa santé financière. Retrouvez son intervention complète ci-dessous.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le président, chers collègues

Je remercie mon collègue Monsieur Artigny pour la clarté de son exposé sur ces questions financières.

Nous voilà aux trois quarts de la première année budgétaire du nouvel exécutif. C’est le moment de faire un premier point d’étape, de visualiser les premières avancées des politiques publiques en investissement ou en fonctionnement.

Cette décision modificative du budget 2021 illustre le sérieux de notre préparation budgétaire, le budget n’est modifié que de façon ponctuelle alors que la première partie de l’année 2021 est encore marquée par les effets de la crise sanitaire. Le compte administratif évidemment sera le juge de paix qui dira les réalisations effectuées.

Permettez-moi d’ores et déjà de souligner quelques points.

D’abord, nous avons poursuivi l’accompagnement des acteurs dans la gestion de la crise sanitaire : modification de 5,8 M€ avec notamment une aide pour les communes ayant ouvert un centre de vaccination, le renforcement des protections sanitaires et des protocoles sanitaires. Il y a donc bien une attention portée aux communes.

Il y a des projets de proximité dans les communes qui voient de nouvelles individualisations de programmes ou des montants affectés en anticipé en raison de l’avancée des aménagements. Des communes diverses sont concernées : Rillieux-la-Pape, Saint-Fons, Lyon, Bron, etc. Autant de communes qui, dans leur projet d’aménagement, ont besoin soit de montants complémentaires, soit de pouvoir anticiper des développements.

Je souligne aussi les nouvelles autorisations de programme sur le champ du foncier : plus de 25 M€ qui vont être abondés grâce à cette décision modificative, à la fois pour des questions de logement mais aussi pour des questions de zones de développement économique. Autant de sujets qui permettent de traiter les questions d’attractivité de la métropole et la capacité à loger les salariés qui arrivent mais également celles et ceux en précarité pour lesquels l’hébergement devient un élément central de nos politiques publiques.

Je souligne enfin les questions d’insertion sur lesquelles il y a des engagements complémentaires dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, comme l’augmentation de 11 M€ des fonds pour l’hébergement des enfants et des familles.

L’ensemble des interlocuteurs qui m’ont précédé ont souligné la bonne santé financière de la métropole ; je le ferai de la même façon, en soulignant la qualité de la situation dont nous avons hérité, mais en soulignant aussi la capacité que nous avons à poursuivre cela au cours de nos budgets.

Nous devons continuer à construire sur cette bonne santé financière de la métropole, mais aussi continuer à travailler sur les questions d’emploi. Il faut en parler car la baisse du nombre de bénéficiaires du RSA n’arrive pas sans explication. Il faut souligner : l’investissement de la métropole sur les politiques publiques d’emploi au travers de sa maison métropolitaine pour l’insertion et l’emploi ; son travail au plus près des jeunes avec des fonds dédiés ; son travail avec les communes, y compris sur les questions économiques comme on a pu le constater avec les délibérations présentées par Émeline Baume.

En guise de conclusion, rappelons que cette décision modificative illustre que notre métropole est au travail : elle investit toutes ses compétences, et tous ces ajustements sont la traduction budgétaire de notre engagement au service des habitants.

Cela augure d’une préparation budgétaire pour 2022 avec des bases toujours saines. Cela permettra notamment d’intégrer l’augmentation de financement pour les collèges : en termes d’égalité républicaine, on sait que c’est essentiel que les enfants de toute la métropole travaillent dans de très bonnes conditions. Cela permettra également d’intégrer la question de l’aide aux investissements des communes, ainsi que le président de la métropole l’a annoncé. Ne faisons pas d’avance des procès d’intention sur ce qu’il va se passer : toutes les communes seront attentives.

Cette décision modificative augure d’une année 2022 pour laquelle la métropole aura tous les moyens nécessaires pour accompagner les communes, mais plus que tout pour avoir des politiques publiques au service de l’intérêt général des habitants.

Je vous remercie.