Hélène Geoffroy sur la dotation de solidarité communautaire 2022

Hélène Geoffroy sur la dotation de solidarité communautaire 2022

Le Conseil de la Métropole délibérait aujourd’hui sur les nouveaux critères de la dotation de solidarité communautaire. La DSC permet de lutter contre la fracture territoriale et il était devenu nécessaire d’établir de nouveaux critères, pour une plus grande transparence et une plus grande justice. Hélène Geoffroy est intervenue pour le groupe.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le président, chers collègues,

Permettez-moi de me réjouir à mon tour, comme les intervenants précédents, de la mise en œuvre de cette subvention d’accompagnement des 59 communes de notre Métropole de Lyon. Nous l’avons tous constaté avec les chiffres de l’INSEE qui ont été publiés en fin d’année dernière, la Métropole gagne un nombre d’habitant conséquent : 1% en moyenne, avec des variations qui peuvent être évidemment plus fortes suivant les territoires, et notamment sur l’Est lyonnais.

Cet accroissement démographique lié à l’attractivité de notre Métropole nécessite évidemment d’avoir des équipements et des services qui puissent être rendus aux habitants : on pense aux écoles et aux équipements sportifs en premier lieu, aux crèches, mais également à tous les services d’accompagnement à la personne, de police municipale, d’accès à l’emploi et d’accompagnement sur les dispositifs sociaux.

Il apparaît évidemment que la Métropole, dans l’ensemble de ses compétences – puisqu’elle couvre un champ très large en ayant les compétences de l’ancienne communauté urbaine et de l’ancien département – a la capacité d’intervenir sur tous les champs de la vie quotidienne.

Lors de l’élaboration du pacte de cohérence métropolitain que notre assemblée a adopté il y a un an maintenant, nous avions convenu que nous aurions plusieurs étapes dans nos travaux de relations entre les maires et les conseillers métropolitains, entre les communes et la Métropole de Lyon, avec ce nouvel objet qu’est la Métropole de Lyon. Dans les travaux que nous avions devant nous, avec la clause de revoyure annoncée par le président de la Métropole, se posait la question d’accompagner le mieux possible les communes qui gagnent des habitants.

La réalité aujourd’hui, c’est que la quasi-totalité des communes de la Métropole en gagne, et tout naturellement les maires se sont tournés vers la Métropole pour être accompagnés.

Je salue le dispositif nourri d’échanges entre les communes et la Métropole, pour aboutir à ce régime d’aide aux communes qui a le mérite de ne pas rajouter de difficulté. Je reprends momentanément ma casquette de maire : ce dispositif n’ajoute pas de complexité au montage des dossiers, parce que nous tous dans nos communes, nous avons l’habitude de déposer des dossiers pour demander de l’aide auprès de l’État, de la Région ou autrefois auprès du département. Je remercie mon collègue Bertrand Artigny d’avoir travaillé à un dispositif qui permette de se calquer sur ce qui est déposé auprès des services de l’État et sur la dotation de solidarité pour l’investissement local. Cela permet ainsi de ne pas multiplier les exercices complexes pour les agents de nos communes, tout en complétant les financements que nous pourrions avoir par ailleurs. Cela doit être souligné.

Le cahier des charges précisera les choses, mais d’ores et déjà on peut se féliciter d’un dispositif qui tient compte des équipements supplémentaires liés au fait que nous gagnons des habitants, qui nous permet de travailler sur la rénovation énergétique des bâtiments – dont certains sont anciens et pour lesquels nous ne pourrions pas y aller tout seul, puisque nous avons tous beaucoup des programmes très ambitieux.

Il faut saluer aussi le fait que nous puissions cumuler plusieurs dispositifs d’aide, que ce dispositif soit annuel car nous ne sommes pas tous prêts, dans nos collectivités, en même temps. C’est le fruit aussi d’un dialogue très intense que nous avons pu poursuivre à l’automne dernier et dont les groupes politiques de la Métropole ont pu constater les allers-retours.

Évidemment, notre groupe votera très favorablement ce dispositif d’aide, en disant ainsi que c’est l’illustration, si besoin en était, du lien étroit qui existe entre la Métropole et la commune, du fait que nous pouvons collectivement, lorsque nous travaillons ensemble, trouver les bons outils pour améliorer l’accueil des habitants sur nos territoires et permettre ainsi de travailler à l’équité et l’égalité entre les territoires. Notre avis est donc très positif pour cette délibération.

Je vous remercie.