Issam Benzeghiba sur Villeurbanne Capitale française de la culture 2022

Issam Benzeghiba sur Villeurbanne Capitale française de la culture 2022

Villeurbanne a été désignée première Capitale française de la culture et a obtenu le label pour l‘année 2022. Pour soutenir la Ville, la Métropole a décidé de lui verser une subvention de 300 000 euros. Issam Benzeghiba est intervenu sur ce sujet, par lequel Villeurbanne rayonne au-delà de ses seules frontières administratives.

Seul le prononcé fait foi


Monsieur le président, chers collègues,

En tant que membre de la commission Education, Culture, Sport et patrimoine, j’ai accueilli avec grand plaisir, au même titre que l’ensemble du groupe Socialistes et apparentés, cette délibération pour soutenir Villeurbanne, capitale française de la culture 2022.

Bien évidemment, nous voulons tout d’abord féliciter l’équipe municipale, notre collègue Cédric Van Styvendael maire de Villeurbanne et VP à la culture, les services culturels de la ville et de la Métropole, ainsi que tous les acteurs qui se sont mobilisés pour la « conquête » de ce premier label de « Capitale française de la culture ». C’est un travail de longue haleine mais assurément, il valait la peine d’être mené.

Villeurbanne aime à se voir comme une « ville pas pareille », pour reprendre le slogan des « Invites », ici, l’occasion est belle. On sait aussi que la ville ne part pas de zéro, et que le travail accompli depuis plus de vingt ans par Jean-Paul Bret, adjoint à la culture puis maire, a forcément pesé en faveur de la candidature de Villeurbanne.

Si c’est bien la ville de Villeurbanne qui a obtenu ce label, c’est assurément toute la Métropole qui sera mise en avant et bénéficiera des différentes retombées. La Fête de la musique, qui fera une jonction symbolique entre les Hôtels de ville de Lyon et de Villeurbanne, illustre bien cette dimension métropolitaine du label. La participation d’acteurs culturels majeurs de notre territoire le démontre aussi : on peut citer notamment l’Opéra de Lyon ou encore la Maison de la Danse.

Il est donc important voire essentiel que la Métropole apporte son soutien à cet évènement et contribue, elle aussi, à cette « grande année » culturelle. Avoir une Métropole aussi intégrée que la nôtre est une chance et permet justement, sur ce type d’opérations, une réelle capacité d’action, en soutien aux initiatives communales. Nous ne pouvons que nous réjouir de cette complémentarité entre des politiques publiques municipales et métropolitaines au service de la culture, mais surtout et avant tout au service des grands lyonnais.

Un mot sur la programmation. Elle est assez impressionnante avec près de 700 évènements. Comme cela a été dit, le projet défendu par la ville de Villeurbanne fait la part ce label à la jeunesse (avec notamment un festival qui lui sera dédié) et nous ne pouvons que nous en réjouir. Dans le même temps, le grand public comme les amatrices et amateurs auront toute leur place avec des évènements qui se veulent ouverts et inclusifs.

Cette programmation ne se limite pas à une succession de spectacles, concerts, expositions ou représentations, elle propose aussi et surtout de renouveler en profondeur les politiques publiques d’éducation artistique.

Comment ?

D’une part, en faisant de l’éducation culturelle et artistique un pilier majeur.

Les « mini-mixes », ces centres culturels implantés directement dans les BCD des écoles, permettront une véritable démocratisation du patrimoine culturel par sa transmission à tous les élèves par la création de nouveaux espaces éducatifs culturels ambitieux. Inclure cette programmation dans le temps scolaire est probablement la meilleure façon d’offrir à tous les enfants, une ouverture vers la musique, la danse, le théâtre, les arts plastiques ou encore le cinéma. Ce label sera, pour les scolaires villeurbannais mais aussi pour le grand public, l’occasion de découvrir de nouvelles formes de cultures et d’expressions artistiques.

D’autre part, en inscrivant ces actions dans le temps long. En effet, si le label de Capitale française de la culture ne durera que pour l’année 2022, les actions engagées auprès des plus jeunes notamment ont vocation à se poursuivre sur une durée bien plus longue, avec entre autres des créations de postes pérennes. Le label est éphémère, mais l’objectif et la volonté de l’équipe municipale sont durables : cela mérite toute notre attention et tout notre soutien.

L’occasion est maintenant donnée à chacune et à chacun de découvrir, de s’émerveiller, de ressentir et partager des moments et des émotions. Une hypothétique levée des contraintes sanitaires nous permettrait même de goûter à nouveau à un bonheur devenu trop rare : celui des émotions partagées, des émotions collectives.

Alors, tous ensemble, accompagnons Villeurbanne à passer ce nouveau cap, cinquante ans après l’installation du TNP sur la place Lazare-Goujon, en 1972, l’année 2022 s’annonce tout aussi mémorable pour la riche histoire culturelle de Villeurbanne d’abord et de notre Métropole !

Le groupe Socialistes, la gauche sociale et écologique & apparentés votera favorablement et avec enthousiasme vous l’aurez compris, cette délibération.

Je vous remercie.

Je vous remercie.